Jour 7 – Je m’aime, moi non plus

Je m’aime, moi non plus est le projet de se dire tous les jours je t’aime en face du miroir.

 

J’ai l’impression que mon cœur bat vite quand j’entre dans ma salle de bain. Mais c’est un biais de pensée, je l’avais déjà remarqué auparavant : tard la nuit dans le silence, avec la porte fermée, un effet d’insonorisation soudain se fait sentir, et permet de mieux entendre ou sentir son cœur.

Si on écoute bien, ce n’est pas comme un boum-boum, c’est un bruit dont on entend presque toutes les petites aspérités, des petites fêlures spongieuses qui font écho à chaque fin de « boum ». Organique. Ce n’est pas un son tranché.

Je décroise les bras. Je me rends compte que je les croisais pratiquement systématiquement, les jours passés. C’est fou toutes ces choses que je n’avais pas remarqué dès le début, ou sans y prêter attention : sans aller chercher la signification du geste.

C’est plus facile de me regarder, ce soir. Il y a comme un presque sourire au coin de mes lèvres. Je les observe pour savoir « si quelqu’un me voyait avec cette expression, est-ce qu’il penserait que je souris ? ». D’abord, je ne crois pas, et ensuite, peut-être que si. Moi je l’assimile à un sourire. Si je penche la tête en arrière, on voit qu’il y a une légère courbe, si. Il y a… comme quelque chose d’innocent sur mon visage, une impression d’enfance que je ne me rappelle pas avoir vu de moi-même. Que je pense avoir déjà eu avec certaine personne, mais là lorsque je repense à certaines nuit terribles où j’ai pu m’apercevoir dans le miroir, je n’imagine pas possible la dureté des traits d’alors sur le visage de ce soir…

Tout cela disparaît lorsque je le dis.

Je cherche encore un peu au coin de mes lèvres, mais ça semble s’être affaissé, et ça ne revient pas, et je ne veux pas chercher trop longtemps à savoir si ça reviendra. Il m’a pourtant semblé, à l’instant T, avoir aperçu un petit éclair dans ma pupille…

Note de correction : j’ai toujours écrit ces petits comptes-rendus dans la foulée en revenant, sans y réfléchir, mais je crois que c’est la première fois que je l’écris au présent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s