[Partage] Hit machine (à laver) #01 — Un blog en carton

(Roman) Hit machine – chapitre 01

Si vous voulez lire une bonne histoire, je vous conseille vivement de suivre ce blog :  Hit machine (à laver) #01 — Un blog en carton

Hit machine (à laver), c’est une histoire intense qui se passe dans un lavomatic, pleine de sentiment et d’un Gaspard tellement attachant. Et c’est super bien écrit, bien sûr.

Publicités

Recueil Pierres d’encre n°8

Ce mois-ci est sorti le numéro 8 du recueil annuel Pierres d’encre, de l’association Le temps des rêves.

L’année dernière j’ai eu la chance de voir deux de mes poèmes sélectionnés pour y figurer, et je suis très heureux de la voir enfin ! Ils clôturent le recueil, Presque Samadhi et Je n’ai rien retenu. Merci à l’association pour son travail !

Des textes très intéressants (j’y retrouve à mots feutrés, après la revue Méninge) et tout le recueil illustré par les très beaux dessins de Léna.

 

 

Revue Gorezine n°2

En février, j’ai vu une de mes nouvelles publiée dans l’horrifique revue Gorezine, deuxième du nom.

Comme vous pouvez le lire sur ce blog, ce n’est plus trop dans mes habitudes d’écriture du gore ou du trash, et pourtant j’en ai pas mal écrit par le passé et ça peut encore arriver parfois. J’ai choisi le côté lumineux de la force. Mais c’est une forme qu’il faut manier avec outrance, sans pour autant rentrer dans la surenchère, pour constamment titiller le lecteur.

Pour un deuxième exemplaire de cette petite revue, ça y va fort. Une centaine de pages, des illustrations de grande qualité (et frémissantes). Je ne vais pas mettre d’extrait de mon texte, mais il y a dans cette revue, petite soeur du fanzine Violences qui a fait ses preuves dans le milieu de la littérature trash, il y a de très bons textes.

Elle est élaborée par Luna Beretta et Christophe Siébert, tous deux très talentueux, et vous pourrez retrouver des extraits de textes sur le site de Luna qui référence les revues Violences et Gorezine.

 

Étude sur les forums d’écriture

 

En 2018, Julien Côté de l’Université de Sherbrooke au Québec, a effectué un mémoire porté sur les forums d’écriture, leur utilisation, leur fréquentation, leur utilité.

Vous pouvez la retrouver en détail ici : https://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/15024

Son analyse s’est portée sur les forums de moyenne et grosse taille, à visée plutôt généraliste. Certains de ces forums comportent plusieurs milliers d’inscrits, pour des communautés actives de centaines de personnes. À l’opposé des plateformes de lectures comme Wattpad et Scribay, ayant émergées cette dernière décennie, les forums d’écriture existent depuis les années 90. Ici certains existent depuis plus de dix ans.

Le but, sur ces forums, n’est pas uniquement de se faire lire, mais bien de proposer de travailler ces textes, comme des antichambres amateures de publication. Le mémoire analyse justement les différentes pratiques de commentaires (corrections orthographiques, syntaxiques, avis sur le fond et la structure et moyens techniques de citation de texte), mais aussi les communautés de ces plateformes (aux environs des trente ans, avec un taux d’études élevés et souvent une proportion notable de personnes travaillant dans le milieu de l’édition.)

Ces structures ont pris beaucoup de poids au fur et à mesure des années : là où la grande majorité des forums restent des petites communautés d’une dizaine de personnes, agissant comme une famille de lecteurs, ces « gros » forums francophones ont du s’adapter à garder l’esprit de « commentariat » afin d’aider tout à chacun à améliorer son écriture, en s’adaptant à son niveau, tout en gardant un aspect humain et souvent des amitiés qui se créent.

Bien sûr, ce sujet me touche car j’ai fait mes classes très jeunes sur ce genre de forum, et continue d’ailleurs de les fréquenter. C’est avec pas mal d’amusement et de joie que j’ai découvert cette étude qui s’intéresse enfin au monde des forums. Si ceux-ci ont souvent des tendances portées sur la SFFF, c’est tous les aspects de la littérature qui y sont traités, et souvent des membres finissent par publier livres et revues (certains développent leurs propres revues.)

Contrairement aux petites plateformes, où un « entre-soi » se crée, souvent très agréable cela dit, ici c’est le grand chambardement des personnes qui fréquentent, partent et reviennent donner leurs avis, qui donne une immense diversité de points de vue. On y apprend à affirmer ses choix, à les remettre en question au travers de points de vues divergents. Contrairement également aux grosses plateformes dîtes d’écriture, mais qui sont en réalité plus des vitrines d’auteurs pour des lecteurs, il s’y trouve dans ces lieux de véritables organisation collaboratives et horizontales, basées sur le bénévolat et le partage de connaissance, d’expérience. L’exercice même de passer au crible le texte d’un autre amateur que soit, de voir ses erreurs, se poser des questions sur ses choix et recevoir ses explication, est d’u immense richesse afin d’explorer nos propres goûts. Que ce soit en terme de lecture, ou de choix d’écriture.

En bref, je saurais exprimer en long en large et en travers mon amour pour ces plateformes, aux échanges riches et mouvementés, majoritairement bienveillant (dans le but véritablement d’entraide), qui sont souvent déconsidérées dans la pratique de l’écriture. Chaque lieux ne correspondra pas à tout le monde, il faut y aller en s’attendant à recevoir des critiques, il faut être prêt à partager ses textes. Pour d’autres un blog ou une plateforme de lecture sera suffisant, il convient à chacun de connaître ses besoins… Mais je suis heureux que l’on puisse donner aux forums d’écriture, qui traversent le net depuis tant et tant d’années, leurs lettres (non pas de noblesse), mais de beauté et de partage, et que ceux-ci continue à accélérer les talents de chacun, pour tout ceux qui veulent travailler leur écriture (et pourquoi pas rencontrer des gens).

 

Vous pouvez à nouveau retrouver et approfondir le travail de Julien Côté ici : https://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/15024

(sur lequel je ne fais qu’une piètre synthèse, plutôt une réflexion personnelle.)

Dans ce mémoire, trois des plus gros forums francophones sont cités :

  • Le Monde de l’écriture – forum généraliste porté sur l’entraide à l’écriture au texte par texte, avec de multiples projets animés (notamment la revue du Mammouth éclairé)
  • Jeunes écrivains – plus gros forum en terme de membres, avec les textes des membres compilés, extrêmement animé lui aussi par de multiples concours et jeux d’écriture
  • Cocyclics – le plus « professionnel » des trois, centré sur les romans de SFFF avec des bêta-lecteurs assignés et une grande exigence sur les textes.

 

Un conseil surtout : bien lire les règles de ces lieux avant de vous inscrire, explorer l’ambiance du lieu également, on y est accueillis comme dans des maisons, et c’est la moindre des choses 🙂